fbpx

Les perles de prière

Dans l’histoire de l’humanité, des chapelets alignés sur des ficelles ont été utilisés pour compter les prières, pour porter chance à la chasse d’abord, comme amulettes dans les batailles, comme amulettes pour se protéger de la maladie en paix et comme talisman également utilisé avec l’intention d’amulettes.
Les perles ont joué un rôle très important dans l’histoire de l’homme. Des objets de décoration et bijoux aux perles de commerce, talismans et chapelets, les perles dans toutes les matières possibles ont toujours été là, proches de notre corps et de notre âme.
Le mot perle dérive du vieux mot anglo-saxon “bede” (prière). On pense que l’utilisation de perles à des fins religieuses provient de l’hindouisme, il y a environ 29 siècles. Les bouddhistes et les musulmans après eux ont également adopté cet usage. Les chapelets chrétiens sont devenus utiles plus tard, au Moyen Âge.
Bien que ce soit la croyance commune dans la chronologie de l’histoire des chapelets, il existe des indices selon lesquels des chapelets, connus sous le nom de “guirlandes de culte”, sous la forme circulaire standard, commune à tous les chapelets représentant le flux éternel, semblent être présents dans d’autres cultures aussi, comme dans l’ancienne civilisation minoenne païenne, comme l’indique une fresque de Thera – il y a plus de 36 siècles.
Quels que soient la forme, le matériau et la foi, les chapelets utilisés à des fins religieuses ont une caractéristique commune : aider à réciter et compter des prières ou des mantras ou des noms et atteindre un autre état supérieur de conscience et de perception dans l’éternel effort humain à venir. plus proche du divin.

Les Malas

Les perles de prière hindoues et bouddhistes sont appelées japa mala (guirlande matra) ou simplement mala (guirlande). Comme son nom l’indique, le japa mala est utilisé pour compter le mantra répété, une pratique qui stimule l’exercice spirituel et la méditation.

Les malas ont généralement 108 perles plus la perle centrale plus grosse “gourou”, bien que 27 ou 54 perles puissent également être utilisées et parfois des compteurs supplémentaires pour compter plus d’un plein, 108 fois la répétition sont ajoutés. Le nombre 108 est un nombre sacré, car il représente les 108 brahmanes (prédicateurs-éducateurs) qui étaient présents à la naissance de Bouddha, ou les 108 temples et sources qui ne sont visibles que pour ceux qui ont un esprit pur.

 

Les matériaux les plus courants sont les graines, les os, les pierres semi-précieuses, le bois de santal, entre autres.

L’échelle de Sorcière

Bien que beaucoup d’entre nous dans la communauté païenne moderne utilisent des échelles de sorcière, elles existent en fait depuis un certain temps. Elles sont essentiellement un outil de méditation et de rituel, dans lequel différentes couleurs sont utilisées comme symboles pour l’intention de chacun. Il est également utilisé comme outil de comptage, car dans certains sorts, il est nécessaire de répéter le travail un certain nombre de fois. Vous pouvez utiliser l’échelle pour garder une trace de votre décompte.

Tout le monde a déjà entendu :

“Par le premier nœud, le sort commence

Par le deuxième nœud, il devient vrai

Par le troisième noeud, qu’il en soit ainsi

Par le quatrième nœud, ce pouvoir je conserve

Par le cinquième nœud, le sort est vivant

Par le sixième noeud, ce sort je fixe

Par le septième nœud, les événements s’accomplissent

Par le huitième noeud, l’avenir s’accomplit

Par le neuvième noeud, ce qui est fait est à moi”

Arrivé à la dernière perle ou au dernier nœud, toute votre énergie est littéralement stockée dans l’échelle de la sorcière. 

 

Les perles de prières païennes

De nombreux païens utilisent des brins de perles dans leurs pratiques spirituelles, religieuses, méditatives ou magiques. Les chapelets païens sont tout aussi divers et éclectiques que les païens eux-mêmes !

Vous pouvez trouver des chapelets qui honorent les forces de la nature, des chapelets wiccans, des chapelets helléniques, des chapelets druidiques, des chapelets païens nordiques, des chapelets païens, des chapelets anglo-saxons et de nombreuses autres variantes.

Certains chapelets païens sont dédiés à des dieux et des déesses spécifiques, tandis que d’autres représentent des thèmes païens plus larges. Par exemple, vous pourriez avoir un ensemble de chapelets païens spécialement construits pour honorer la déesse nordique Freya, ou vous pourriez avoir des chapelets païens représentant les cinq éléments (Terre, Air, Feu, Eau et Esprit), ou l’un des les sabbats wiccans.

Traditionnellement, les chapelets sont utilisés pour aider les praticiens à garder une trace du nombre de répétitions d’une prière qu’ils ont accomplies, tout en leur permettant de rester concentrés sur la prière elle-même. Mais les chapelets païens et les perles de méditation païennes peuvent être utilisés dans toutes sortes de pratiques spirituelles, mais pas nécessairement religieuses.

La façon la plus simple d’utiliser des chapelets païens est peut-être de les placer sur votre autel comme offrande à vos divinités, ou simplement à des fins décoratives. Vous pouvez également garder vos perles de méditation païennes sur votre table de chevet, dans votre cuisine, dans votre voiture ou partout ailleurs où vous vous rendez fréquemment et que vous souhaitez canaliser une énergie protectrice.

 

Il y a beaucoup de nombres dans le Paganisme et la Sorcellerie. En voici quelques-uns à considérer :

  • La dualité du Dieu et de la Déesse
  • Les 3 aspects de la déesse (jeune fille, mère, vieille)
  • Les 4 saisons
  • Les 5 éléments
  • Les 7 chakras
  • Les 8 Sabbats
  • Les 9 arbres sacrés
  • Les 13 Esbats

 

Tasbih-Tesbih, Masbaha-Misbaha-Mesbah, Subha

Les chapelets musulmans sont appelés tasbih (ou tesbih), ou masbaha (ou misbaha, mesbah) ou subha selon les pays dont ils sont originaires. Ils se composent de 99 perles qui correspondent aux 99 noms-vertus d’Allah, plus la perle centrale plus grosse appelée « imame ».

Dans une version simplifiée, seules 33 perles peuvent être utilisées et il faut continuer le comptage-récitation 2 fois de plus pour que la prière et la récitation des noms soient complètes, atteignant le nombre 99. Dans une autre version, 45 perles sont utilisées. Dans toutes ces versions, il y a toujours un certain nombre de perles plus petites, appelées perles de shahid, qui sont positionnées à des intervalles spécifiques et égaux afin de séparer l’ensemble de la pièce en trois parties égales.

Dans les pays d’Afrique du Nord principalement, les chapelets peuvent avoir 100 perles, séparées par des perles de shahid à parts égales de 25 perles.

De nombreux matériaux sont utilisés pour les chapelets musulmans, des plus précieux et rares aux plus courants.

Le Chapelet chrétien

Des instruments de prière de forme similaire, connus sous le nom de cordes de prière, sont également utilisés par les chrétiens orthodoxes, mais ils sont généralement constitués d’un fil de laine attaché pour former des nœuds qui sont l’équivalent de perles.

Les cordes de chapelet et de prière sont introduites dans la religion chrétienne par l’ermite Paul, saint Pahomius et sainte Hilda, lorsque l’Église chrétienne a été unie, bien avant le schisme de 1054 qui l’a divisée en catholique et orthodoxe.

Le mot chapelet dérive du mot latin « rosarium » qui signifie roseraie ou guirlande de roses.

Les chapelets sont utilisés par les catholiques romains et certains croyants anglicans. Le chapelet est formé de 50 perles séparées en 5 parties égales, les dizaines, plus 9 petits éléments placés entre les perles de la dizaine, et une perle plus grosse entre chaque dizaine. Différentes prières sont récitées sur chaque type de perle. Je vous salue Marie (Ave Maria) est récité sur les perles de la décennie, tandis que Notre Père est récité sur les grosses perles.

Une variante de ce type est le chapelet de 150 grains, à savoir 15 dizaines séparées avec d’autres éléments comme avant. Ce type de chapelet est principalement utilisé par les ordres religieux, et les 15 dizaines correspondent aux 15 mystères traditionnels.

Au lieu du gourou ou de l’imame, le point central du chapelet – le point où les bords de la ficelle passent et se rejoignent – est un élément métallique qui a généralement d’un côté Jésus et de l’autre la Vierge Marie représentée. Après ce point, 5 perles sont ajoutées et la pièce se ferme – ou plutôt commence, puisque les prières commencent à partir de ce point – avec une croix de style crucifix.

De nombreux matériaux sont utilisés pour les chapelets, des graines aux pierres semi-précieuses et précieuses.

Autres chapelets chrétiens

Les chapelets catholiques ne se limitent pas aux chapelets. Les autres formes de chapelet catholique sont :


Chapelet de la Croix :  elle se compose de 33 perles, représentant les 33 années que Jésus a vécu sur terre, divisées en sections de 4 couleurs différentes qui représentent les 4 apôtres et les 4 modes de perception humaine : intuition, pensée, sensation, sentiment.

Chapelet de la Trinité :  est également formée de 33 perles au total. Les 27 perles sont séparées en 3 parties égales de couleurs différentes. Le premier tiers, nommé “ciel” est utilisé pour les prières à Dieu, le second, nommé “sang” est utilisé pour les prières à Jésus et enfin la troisième partie, nommée “vie nouvelle” est dédiée au Saint-Esprit.

Il existe de nombreuses autres formes de chapelets sous des formes différentes ou similaires au chapelet avec quelques variantes.

Une forme de chapelet récemment développée (après 1980) est le chapelet anglican, connu aussi bien que le chapelet anglican . Il se compose également de 33 perles représentant les années de Jésus sur terre, divisées en 4 groupes de 7 perles, appelées semaines, avec 4 perles supplémentaires plus grosses séparant les semaines, appelées perles cruciformes. L’ensemble est complété par la 33ème perle sur le dessus, appelée perle invitatoire et la croix à l’extrémité, qui peut être soit en crucifix ou autre.

close

Légendes des korriganes

Inscrivez-vous et recevez les dernières nouvelles du Trésor des Korriganes !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

7 Replies to “Les perles de prière”

  1. Bersigotti Christine dit :

    J’ai beaucoup aimé l’histoire.tu peux me dire ce qu’est les 13 esbats stp merci bisous

    1. Le Trésor des Korriganes dit :

      L’Esbat est une fête païenne mineure célébrée lors des treize nuits de pleine lune par les pratiquants de la Wicca.

  2. Fauve Skasiak dit :

    Devons-nous en conclure que chaque chapelet est avant tout imprégné de sorcellerie ?
    Merci pour cet exposé très instructif.

    1. Le Trésor des Korriganes dit :

      tout depend de celui qui l’utilise

    2. PeterP dit :

      faut aller loin de trouver les chapelets chrétiens imprégné de sorcellerie!

    3. Le Trésor des Korriganes dit :

      Les origines exactes des chapelets restent incertaines, mais leur première utilisation historique remonte probablement aux prières hindoues en Inde. Le bouddhisme a probablement emprunté le concept à l’hindouisme. La statue d’un saint homme hindou avec des perles date du IIIe siècle av. ( wikipedia )

  3. NATHALIE RACLOT dit :

    merci pour cet article très bien fait qui comme à chaque fois m’a appris plein de choses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *